Blog Malagasy Tours

Les oiseaux migrateurs
Les oiseaux migrateurs
Saviez-vous que 25% des 284 espèces d’oiseaux présentes à Madagascar sont migratrices. Ces oiseaux arrivent en majorité d’Afrique et traversent le Canal du Mozambique, d’autres viennent d’Asie mais certaines d’Europe ou d’Afrique du Nord...
L’Indri à l’honneur
L’Indri à l’honneur
Le 28 août dernier (2016) se tenait le festival Indri Indri Madagascar, un événement visant à promouvoir le développement du tourisme  communautaire autour d’Andasibe. L’Indri pour rappel est un lémurien endémique de Madagascar, en...
SERGE ABANDONNE
SERGE ABANDONNE
Le petit point bleu a cesse de se déplacer sur la Mapmonde. Une tempête dans le canal du Mozambique aura eu raison de l’énergie et de la volonté de Serge. Le vendredi 8 mai 2015, les secours ont été déclenchés, un bateau norvégien est venu récupérer Serge, Middelton, le petit bateau vert a dû être abandonné. Fin brutale d’une histoire qui nous aura fait rêver. Laure raconte le déroulement des événements et analyse les raisons de cet échec, à lire ici :http://www.sergegirard.org/fr/category/news/ Inutile de dire les déceptions des uns et des autres. Nous avons une pensée amicale pour Serge et Laure et leur souhaitons de trouver les ressources pour digérer cette épreuve et se lancer dans des nouveaux projets. A bientôt Serge !
SERGE EN ROUTE POUR L’AFRIQUE
SERGE EN ROUTE POUR L’AFRIQUE
Il est en ce moment sur Middelton, son petit bateau vert, au large des côtes malgaches au nord-ouest de la Grande Île. Après un bel accueil à Mahajanga, il a repris la mer. Serge a « avalé » l’étape Tana > Mahajanga en 10 jours pour environ 600 km. Il aura parcouru près de 1000 km à Madagascar. L’équipe Malagasy Tours a été présente à ses côtés depuis son atterrissage à Mahambo, juste après Ste Marie, jusqu’au bord du Canal du Mozambique. Momo et Tahina, Bob pour accompagner Monika la vidéaste sur la 1ère partie puis Danz et Hasina sur la 2nde, tout ce petit monde s’est investit pour que Madagascar reste une belle première étape dans le souvenir de Serge, mais aussi de Laure et René. Ce fut un honneur et un plaisir que d’accomplir cette mission. Bonne arrivée en Afrique !!! Nous continuerons à suivre Serge, à distance maintenant, pendant encore de nombreux mois. Nous vous invitons à faire de même sur www.sergegirard.com  (cartographie, news, photos et vidéos)
SERGE EST PASSE  A TANA
SERGE EST PASSE  A TANA
C’était hier vers 14h que Serge est arrivé Tana en provenance de Mahambo, au nord de Tamatave. Serge a couru les 400 km vers la capitale où l’équipe de Malagasy Tours au presque complet l’a accueilli au rond-point du ByPass et les plus courageux ont couru avec lui sur les derniers 10 km. Une jolie fête a été organisée par Nathalie au Grill Du Rova où les gazelles du bureau ont montré leur savoir-faire en matière de zumba ! Une soirée calme sur la terrasse en compagnie de Serge, Laure son épouse et René, le fidèle suiveur, a clôturé cette belle journée par ordinaire. Momo, Bob et Tahina ont passé le relais à Danz et Hasina pour accompagner Serge jusqu’à Mahajanga. Au petit matin il a repris sa route vers de beaux ailleurs … Nous t’accompagnons Serge et te suivons à distance (ici)
SERGE AUTOUR DU MONDE
SERGE AUTOUR DU MONDE
Il court, il court ! Depuis  30 ans, Serge Girard a traversé tous les continents en courant. Quand il part, il ne s’arrête plus. Tout vous est raconté sur son site (ici) Et Serge repart ces jours-ci. Sa prochaine balade ? Ni plus ni moins que le TOUR DU MONDE. En courant sur la terre en ramant sur les mers. Départ de l’île de la Réunion, vers le 15 mars – la tempête tropicale Haliba est venue retarder ce départ – il va ramer jusqu’à Madagascar où l’équipe de Malagasy Tours l’accueillera dans une … quinzaine de jours du côté de Ste Marie. Nous accompagnerons sa course de la côte Est jusqu’à Tana la capitale, puis descendrons jusqu’à Tuléar au Sud-Ouest, d’où il repartira vers  mi-avril pour le Mozambique. Notre rôle est celui de « suiveur ». Guidés par Laure, son épouse, et René, nous assurons la logistique. Une belle aventure ! Grace à sa balise qui émet un petit bip toutes les 5 minutes, nous vous invitons à suivre Serge (ici) sur la carte du monde. Vous verrez un petit point bleu qui se déplace tous les jours un peu plus à l’ouest : c’est lui ! Pour connaître ses dernières actus, vous pouvez suivre ses news (ici). Nous reviendrons vous parler de la traversée de Madagascar !
Mangez des litchis !
Mangez des litchis !
Ça y est, c’est la saison des litchis à Madagascar. C’est l’un des fruits qui fait la réputation de l’île. Sa collecte ne dure que 3 à 4 semaines et représente une production annuelle d’environ 100 000 tonnes par an. Madagascar tient ainsi le 5ème rang mondial derrière la Chine, l’Inde, le Vietnam et Taiwan. Juteux, sucré et agréablement parfumé, il se déguste en une ou deux bouchées, mais savez-vous que sa consommation présente également de nombreuses vertus car il est riche en glucides et en fibres et contient également de la vitamine A, B et C ainsi que du calcium, du sodium et du fer, ce qui est rare pour un fruit. Voici quelques-uns de ses bienfaits : - Le litchi aide à lutter contre les maux de tête et de ventre. - Il contribue également à améliorer la qualité de la peau, régénère les cellules de l’épiderme et il est très bénéfique pour prévenir le vieillissement de la peau. - Sa consommation peut réduire les risques d’un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) car il évite la formation des caillots sanguins.
Les Tsingy de Bemaraha par Malagasy Tours
Les Tsingy de Bemaraha par Malagasy Tours
Les Tsingy de Bemaraha en quelques mots Les Tsingy du Bemaraha a été classés patrimoine mondial par l'UNESCO en 1990. Ils font partie du réseau des Parcs Nationaux de. Madagascar qui sont gérés par l'Angap. Les Tsingy du Bemaraha sont constitués d'un réseau très dense de failles, de crevasses, de surfaces de blocs de calcaires sculptés en aiguilles ou en lames acérées. Ils se présentent comme de véritable cathédrales de calcaires. Les Tsingy du Bemaraha sont des roches calcaires formées par un dépot de fossiles et de coquillages morts sous la mer il y a 200 millions d'années, et par la suite façonnées par l'eau des pluies il y a 5 millions d'années, les Tsingy du Bemaraha offrent l'un des paysages les plus spectaculaires de la Grande Île. Il y a 300 ans, les Tsingy du Bemaraha ont servi d'abri pour les " vazimba ", les premiers occupants de Madagascar. Et, aujourd'hui ils deviennent un lieu de culte et de cérémonie - tromba et tombeau - pour la population.
Lancement officiel de la prochaine voiture malgache : la Mazana II
Lancement officiel de la prochaine voiture malgache : la Mazana II
Le constructeur automobile malgache KARENJY basé à Fianarantsoa a annoncé le lancement officiel  du nouveau prototype de « Mazana II » le 28 juillet dernier. Cette voiture aux allures de buggy dotée d’un moteur diesel  4 cylindres de marque Peugeot d’une puissance de 112ch atteindra une vitesse maximale de 150km/h. Son châssis, sa carrosserie en fibre de verre, son capitonnage et ses pièces de rechange sont fabriqués dans l’atelier de Relais Madagascar, ce qui en fait une production totalement « Made in Madagascar » malgré un moteur, des vitres et des pneus  étrangers. Le début de la production en série étant prévue pour mars 2015, il faudra attendre l’année 2017, avant de voir cette voiture circuler dans les rues. A l’heure actuelle, avec soixante salariés dont treize ingénieurs malgaches et trois français, seuls deux véhicules par mois peuvent sortir de l’atelier où  se déroulent toutes les étapes de la construction, mais dans 3 ans, l’usine Karenjy produira 200 voitures par an, selon Luc Ronssin, directeur du Relais Madagascar. Les voitures ne sont vendues que sur commande et uniquement dans le pays, mais l’ambition de toucher des marchés étrangers existe néanmoins.  C’est peut-être la vocation de la Mazana II qui devrait ensuite être commercialisée sur le continent africain. Ce buggy déjà présenté au salon de l’automobile devrait pouvoir rivaliser avec les 4x4 des occidentaux et asiatiques sur les routes accidentées du pays.
Nature Lodge décroche son certificat chez Tripadvisor !
Nature Lodge décroche son certificat chez Tripadvisor !
Nature LodgeTripadvisor  vient de décerner à Nature Lodge un certificat d’excellence suite aux commentaires des voyageurs qui ont séjourné dans notre petit hôtel situé au pied de la Montagne d’Ambre dans la région de Diego Suarez. Jean Noel, le directeur et son équipe ainsi que Malagasy Tours sont tous très fiers de cette récompense. Découvrez nos séjours dans le nord de Madagascar et profitez-en pour séjourner une ou deux nuits au lodge, vous y serez les bienvenus ! 
Nosy Be plus belle île d’Afrique !
Nosy Be plus belle île d’Afrique !

L'île de Nosy Be, au nord de Madagascar, a été élue plus belle île d'Afrique et huitième plus belle île du monde par les voyageurs sur le site TripAdvisor.

http://www.tripadvisor.fr/TravelersChoice-Islands-cTop-g1

«… Située au large de la côte nord-ouest de Madagascar, cette île regorge de lacs volcaniques, de lémurs paresseux, de plantation d'Ylang Ylang et de récifs coralliens qui ne demandent qu'à être explorés. Les amoureux de faune et de flore seront au septième ciel dans la réserve naturelle de Lokobe. Et si vous êtes amateurs de musique, venez en mai pour célébrer le festival de musique Donia pendant quatre jours ».
Ce sont là quelques-uns des points forts de Nosy Be, l’île aux senteurs. Bien d’autres belles découvertes sont à faire dans l’intérieur de l’île pour explorer sa végétation luxuriante et ses superbes lacs sacrés, ou lors d’échappées belles en bateau au large, à la rencontre des lémuriens de Nosy Komba, de la faune sous-marine à Nosy Tanikely, des somptueuses plages de sable blanc de Nosy Iranja …

Camp Ankarana
Camp Ankarana

Malagasy Tours crée son campement aux portes de la Réserve de l’Ankarana.
La basse saison touristique correspond à la saison des pluies à Madagascar, soit de décembre à mi-mars. Nous mettons à profit cette période où les guides ne sont pas sur la route pour se lancer dans d’autres activités. Les « reconnaissances » sont parmi les plus fréquentes, mais cette année nous avons fait dans le bâtiment !

A l’entrée Est de la Réserve de l’Ankarana, tout près du village de Mahamasina nous avons construit sanitaires (3 WC et 2 douches) et 2 douches confortables. Un puits équipe ce campement, les douches se font à l’africaine (c'est-à-dire au seau). La salle à manger se tient à l’ombre de grands arbres, des hamacs pour la détente sont placés ici et là.

Nous vous convions à séjourner dans notre campement après avoir visité tsingy, grottes et perte d’eau.
A bientôt au Malagasy Camp !

Guides en formation cuisine
Guides en formation cuisine

Malagasy Tours forme ses cuisiniers dans les parcs.
Nos équipes de porteurs des Parcs Nationaux de l’Isalo, de l’Ankarana et l’Andringitra sont « montées » à Tana durant la basse saison pour recevoir une formation de cuisinier.

Sous la houlette de Guy - 2nd des cuisines du Relais de la Reine*** dans l’Isalo - une dizaine de personnes ont été initiées aux techniques culinaires de brousse :

          - Présentation et utilisation des ustensiles de cuisine,
- Introduction aux différents ingrédients à leur disposition,
- Conditionnement et conservation des aliments pour le transport,
- Introduction à de nouvelles techniques de cuisson,
- Initiation à la préparation des « sakafo » (repas en malgache),
- Consignes sur la présentation des plats.

La route de la soie – Madagascar
La route de la soie – Madagascar

A Madagascar, nous la nommons « landibe » ou Grande soie. Douce et imputrescible, habits de cérémonie ou du quotidien, la soie sauvage drape les ancêtres qui dorment dans leurs tombeaux. Textile à la fois brut et noble, elle symbolise l’alliance tout en transmettant respect et remerciements.

Elle était jadis réservée aux Rois, pour devenir aujourd’hui une identité nationale portée avec fierté par la population. Elle est de plus en plus un joyau qui reflète l’authenticité et la tradition malgache.

Depuis toujours, le landibe est un produit artisanal et traditionnel. Les populations rurales des Hautes Terres transforment les cocons du papillon en tissus à l’aide d’un savoir-faire unique au monde. Lors de ce périple, vous traverserez la région de l’Itasy (à l’ouest de la capitale) ce qui vous conduira sur « la route de la soie ». Cette région magnifique bénéficie d’un microclimat clément permettant le développement du Tapia, arbre essentiel au développement de la soie.

Connaissez-vous le masonjoany ?
Connaissez-vous le masonjoany ?

Le Masonjoany ; c’est le nom du masque de beauté que porte les femmes des côtes malgaches – essentiellement ouest et au nord-est - pour raffermir la peau du visage, combattre les rides, gommer les tâches sur la peau et protéger du soleil.

Définition : Masonjoany, nom malgache désignant le bois de santal de Madagascar, nom scientifique Enterospermum madagascariensis ou Santalina madagascariensis. C’est un petit arbre commun d l’Ouest de Madagascar (Diego Suarez, Nosy Be, Mahajanga et Tuléar). Les souches et les racines renferment une huile volatile parfumée. La poudre du bois de santal mélangée à de l’huile de pignon d’Inde sert à confectionner des onguents que l'on applique sur le visage.
Madagascar en exporte plusieurs centaines de tonnes de bois vers l’Inde. Le santal est utilisé lors des cérémonies religieuses, pour la fabrication de masque de beauté et pour l’encens.

Mode d’emploi : Râper le bois de santal. Mélanger la poudre ainsi obtenue avec de l'huile de pignon d'Inde ou à défaut de l’eau. Appliquer la pâte sur le visage. Pour enlever, rincer avec de l’eau. On peut aussi racler délicatement la solution séchée sur le visage, avant de rincer. Le reste de masonjoani ainsi recueilli est réduit en poudre et peut par la suite servir de fond de teint.

Malagasy Tours en formateur
Malagasy Tours en formateur

Formation au Makay
A la demande des guides et porteurs de Beronono aux portes du Makay, l’équipe de Malagasy Tours est venue apporter son savoir-faire aux acteurs de nos voyages sur les techniques de guidages. Dans la salle de classe du village était réunis une vingtaine de personnes pour parler des attentes des guides Malagasy Tours et des voyageurs en randonnée dans le massif. Il a été évoqué pendant ces 3 jours de formation l’accueil, le service, le portage, les bivouacs, les repas, la sécurité etc. Les échanges ont été riches et de qualité, l’ambiance bonne enfant et détendue.


De leur côté, les guides Malagasy Tours ont été un peu plus introduits aux réalités du Makay, de sa topographie, sa géologie, son histoire ainsi que la culture et les traditions du peuple Bara qui vit ici. L’accueil qui avait été réservée à notre équipe était, comme toujours, chaleureuse et gaie. Les villageois se sont impliqués dans cette action et ont soutenus les « stagiaires » dans leur démarche. Nous en avons profité pour partir, avec eux, à la découverte de nouveaux sites qui nous ne connaissions pas en préparation de nouveaux itinéraires.
Ces guides et porteurs sont aujourd’hui mieux armés pour exercer leur profession et sont d’ores et déjà dans l’attente de votre visite.

Eco-tourisme formation
Eco-tourisme formation

Eco-tourisme formation

L’Ami Jean Jacques Randriamanindry fort de sa grande expérience est venu partager pendant 3 journées ses immenses connaissances avec l’équipe des guides de Malagasy Tours. L’événement a réuni une vingtaine de personnes dans notre petit restaurant de la Haute Ville le Grill du Rova. Même ceux du Nord avaient fait le déplacement pour venir s’enrichir au contact de Jean Jacques. Il s’est parlé de géologie, de paléontologie, de la faune et de la flore malgache, mais aussi de culture et d’histoire. Armé de leur bloc-notes et de leur stylo, tout ce petit monde a abordé en profondeur ce qu’il vit au quotidien avec leurs clients et est aujourd’hui plus à même de répondre aux innombrables questions qui leur sont posées.
Comme d’habitude chez Malagasy Tours, ce genre de manifestation s’est terminé autour d’un petit cocktail que nous avait gentiment organisé Nathalie et le staff du Grill. Les Miss du bureau avaient quitté leur poste pour trinquer avec l’équipe.

Copyright ©2022 Sense Of Oceans | Crédits : Christophe ALIAGA